Le blog d'André Willemijns

Ce que j'apprends chaque jour

Stratégie alimentaire

  Septembre 2014

La grande distribution et l'industrie alimentaire ont mis en place des stratégies commerciales qui sont de plus en plus nuisibles, c'est pourquoi nous devons nous imposer une stratégie alimentaire.

Le but de la mise en place d'une stratégie alimentaire c'est :

  • La réduction du risque de maladies cardiovasculaires.
  • La réduction du risque de cancer.
  • L'augmentation de l'espérance de vie.
  • L'amélioration de la santé en général.

Principe de base

  • Ne jamais consommer les plats préparés de la grande distribution ni des collectivités locales (cantines scolaires ou repas des séniors).
  • Éviter la restauration et principalement la restauration rapide.
  • Laver et éplucher les fruits et les légumes.
  • Prendre impérativement 3 repas par jour.
  • Éviter le grignotage entre les repas et éviter les apéritifs.
  • Boire modérément café et thé, éviter les boissons sucrées, mais boire au moins 1 litre d'eau par jour.

Les aliments à consommer :

  • Des céréales complètes non sucrées.
  • Des fruits et de légumes à chaque repas.
  • Pour agrémenter les repas utiliser de l'ail, oignon, épice et aromate.
  • Utilisation de l'huile d'olive et faible consommation des acides gras saturés.
  • Consommation faible de produits laitiers.
  • Consommation de légumes secs (au moins 1 fois par semaine).
  • Consommation régulière de poisson (plusieurs fois par semaine).
  • Consommation limitée de poulet et d'œufs (quelques fois par semaine).
  • Consommation réduite d'aliments sucrés.
  • Consommation limitée de viande rouge.
  • Éviter ou de saler les aliments ou le faire de façon très modérée.
  • Manger raisonnablement.
  • Consommation faible d'alcool et une consommation modérée de vin rouge durant les repas (2 verres au maximum par jour).

Cette stratégie alimentaire permet une diversification choisie de produits à consommer et permet d'éviter la consommation d'éléments nocifs présents dans l'alimentation moderne comme les pesticides et les additifs alimentaires.

Améliorer sa santé, sans se frustrer !

La Harvard Medical School recommande de remplir la moitié de son assiette par des fruits et légumes variés. Un quart de votre assiette doit être composé de sucres lents riches en fibres tels que le pain, les pâtes ou le riz complet. Le quart restant doit apporter des protéines animales et végétales en évitant toutefois un excès de viandes rouges. Il est important de bien vous hydrater en évitant néanmoins les boissons sucrées. Pour cuisiner, les huiles telles que l’huile d’olive ou de colza (canola) sont préférables au beurre.

Astuce : imaginez votre assiette comme un cercle découpé en parts et essayez de vous rapprocher du visuel proposé.

 

Moins de viande, plus de légumineuses…

Source : Article publié par femmeactuelle.fr du 25 janvier 2017

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a réactualisé ses recommandations afin d’améliorer l’état de santé des Français en agissant sur leur alimentation.

«Manger cinq fruits et légumes par jour», «Pas plus d’une viande rouge par semaine»…Côté alimentation, les recommandations sont tellement nombreuses et disparates qu’il est parfois difficile de s’y retrouver. Face à ce constat, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a réactualisé ses recommandations afin d’améliorer l’état de santé des Français en agissant sur leur alimentation. Ce Programme national nutrition santé (PNNS) a été élaboré grâce aux données scientifiques de ces dix dernières années concernant les besoins nutritionnels de la population adulte. L’enjeu est de taille : l'alimentation joue un rôle clé dans le déterminisme des maladies chroniques comme le diabète, l’obésité, certains cancers, les troubles cardiovasculaires…

Voici les principaux conseils à retenir :

  • La consommation de fruits et légumes doit rester importante (plus de 5 portions par jour).
  • La consommation de légumineuses (lentilles, fèves, pois-chiches) doit être renforcée et plus régulière.
  • Privilégier les féculents les moins raffinés (pains, pâtes et riz complets ou semi-complets).
  • Favoriser la consommation d’huiles végétales riches en acide alpha-linolénique (huiles de colza et de noix).
  • Réduire considérablement la consommation de charcuteries afin qu’elle ne dépasse pas 25 g par jour.
  • Ne pas manger plus de 500 g de viande par semaine (hors volailles).
  • Consommer du poisson deux fois par semaine (dont un poisson gras comme la sardine ou le maquereau).
  • Ne pas boire plus d’un verre de soda ou de jus de fruits au cours d’une journée.
  • Limiter la consommation de sel.
  • Diversifier son régime alimentaire et les sources d’approvisionnement pour limiter l’exposition aux contaminants.

Ces recommandations nutritionnelles doivent être combinées à une activité physique régulière pour que les effets sur la santé soient optimaux.